// Comptes rendus Hommes 2ème Ligue

 

// Samedi 23.09.2017 // VBC Porrentruy – VBC La Chaux-de-Fonds, 3-1 (25-20  25-16  22-25  25-20)

 

VBC Porrentruy : Lucas Randez, Mergim Ukshini ; Corentin Monin, Nicolas Prêtre ; Nicolas Geiser, Théo Paratte, Andy Terrier, François Mouttet, Luc Fleury ; Colin Paratte.

Porrentruy joue sans son entraîneur-coach Mouad Naimi et les centraux Aurélien Theubet, Alan Marquis et Damien Miettempergher.

Notes : salle de l’Oiselier. 20 spectateurs. Arbitres : MM. Stéphane Berbier et Vincent Brêchet.

 

L’essentiel : les 3 points

Le sentiment était ambivalent après le 1er match H2 de la saison 2017-2018. Positif au vu du résultat, plus mitigé à propos de la performance. Privés de leur coach et leader Mouad Naimi, et du central Aurélien Theubet, les H2 ont pourtant parfaitement entamé la rencontre, avec détermination et efficacité, menant très vite 7-0. Départ idéal, piège aussi, celui de se relâcher, de la jouer tranquille. C’est ce qui s’est produit. Et les jeunes Chaux-de-Fonniers ont trouvé leurs marques, revenant très vite dans le match pour talonner des Bruntrutains souvent approximatifs.

Sans paniquer, les Ajoulots ont remporté le premier set, mais leur suffisance a généré quelques craintes au début du 2e set. La Chaux-de-Fonds a mené 4-7, puis 10-11. Mais le potentiel de Porrentruy était bien supérieur, et lorsqu’il s’exprime, il fait la différence. La seconde moitié du 2e set a été le meilleur moment des Bruntrutains : services ciblés et efficaces, grosse présence au-dessus du filet, précision dans les gestes. Le score est passé à 20-11 et 25-16.

Malheureusement, Porrentruy est retombé dans ses imprécisions au 3e set. Il a couru après le score tout au long de la manche. Parvenant parfois à égaliser, jamais à prendre un avantage qui aurait permis de signer un 3-0. Logiquement, La Chaux-de-Fonds a remporté la manche.

Plus concerné, serrant les rangs, sans toutefois être suffisamment serein, Porrentruy a obtenu l’essentiel dans le 4e set, soit le gain de la manche et du match.

On retiendra surtout le résultat, et c’est l’essentiel. Les Ajoulots ont certainement cru qu’ils ne rencontreraient pas trop de difficultés, que leur potentiel suffirait. C’était un peu présomptueux. Il s’agit encore de mieux gérer une pression que l’équipe s’est mise. La pression est saine, elle ne doit pas provoquer les trop nombreuses hésitations vues lors de ce premier match.

Les gars du VBC Porrentruy ont souvent joué comme ils ont servi. Il y a eu de bonnes séries, des gestes déterminés et précis. Mais également de trop nombreux ratés, souvent sans prise de risque.

C’est au final une bonne leçon. Sans frais car le score est acquis. Mais une leçon à retenir : il faut surtout se concentrer sur les matches à jouer, et pas sur les perspectives. A méditer avant d’aller dès jeudi à Cressier défier Entre-2-Lacs B.

 

// Finales SVRJS 2017

Le formidable doublé du VBC Porrentruy

Le VBC Porrentruy ne pouvait rêver d’une plus belle fin de saison. Ses équipes féminine et masculine, pourtant pas favorites, ont remporté toutes deux la coupe Jura-Seeland 2017, organisée pour la 10e fois en seize ans par le VBC Porrentruy à l’Oiselier, dans une belle ambiance et devant une belle affluence.

Pourtant, les deux équipes ont peiné en demi-finale, devant aller à la limite des cinq sets, alors que leurs adversaires en finale s’étaient facilement qualifiés 3-0. C’est la magie de la coupe. Tantôt au bord de l’élimination, puis dans l’euphorie du succès.

Pour les hommes, il s’agit d’une première : jamais encore jusqu’ici le VBC Porrentruy n’avait inscrit son nom au palmarès de cette compétition. Pour les dames, c’est le doublé, après avoir déjà fait graver leurs noms sur la coupe en 2016.

 

Finale : VBC Porrentruy – VBC Nidau B, 3-0 (25-16  28-26  25-18, 65 min)

Demi-finale : VBC Porrentruy – VBC Nidau A, 3-2 (25-19  17-25  22-25  25-23  15-10, 103 min)

 

VBC Porrentruy : Lucas Randez, Colin Paratte, Nicolas Munoz, Aurélien Theubet, Nicolas Prêtre, Benjamin Plumey, Loric Friedli, Nicolas Geiser, Théo Paratte, Mergim Ukshini. Coach : Serge Jubin.

Notes : salle de l’Oiselier, 100 spectateurs. Arbitres : MM. Vincent Brêchet et Eric Mailhot. Désigné meilleur joueur de la finale : Nicolas Geiser (VBC Porrentruy).

Une magnifique revanche

C’était la même affiche que celle de la finale 2016. VBC Porrentruy – VBC Nidau B devient un classique à l’ultime stade de la coupe Jura-Seeland. En 2016, les Ajoulots avaient échoué. Ils avaient certes remporté le 1er set, mais Nidau avait raflé la coupe à la fin. 

En 2017, l’histoire de la finale a débuté bien avant le 1er coup de sifflet du match. La veille déjà, avec l’ultime match de championnat à Nidau, contre l’équipe A. Une victoire aisée de Porrentruy, qui laissait entrevoir une qualification tout aussi facile pour la finale de la coupe, le dimanche matin, contre la même équipe.

Or, pour les Bruntrutains, la coupe s’est jouée en demi-finale, face à un Nidau A qui s’était dit qu’il n’avait rien à perdre et tout à tenter. Favoris, les Ajoulots ont plutôt mal assumé ce rôle. Ils ont certes creusé un premier écart à 15-11, puis 21-16 au 1er set, remportant ensuite la manche, mais ils n’ont pas su se libérer. A l’inverse des Seelandais, sentant leur adversaire fébrile, profitant des fautes techniques ajoulotes. Nidau a égalisé à un set à un. Puis a mené dans le 3e set, mais Porrentruy est revenu à 20-20. Un instant-clé du match, mieux négocié par Nidau, qui a terrassé une équipe bruntrutaine trop peu sereine.

Le 4e set a longtemps été un calvaire pour Porrentruy, mené 8-13, puis 11-17 et 15-19. Dos au mur, Porrentruy n’a pas abdiqué. Et même à 21-23, alors que tout semblait perdu. Est arrivée la « magie de la coupe », pour renverser in extremis une situation compromise et jouer son va-tout au 5e set.

Le vent avait tourné, Porrentruy n’a plus tremblé. De 4-4, le score est passé à 10-4 pour une équipe ajoulote retrouvée. Puis 11-8 et 15-10 pour arracher la qualification pour la finale. Soulagement, après avoir été au bord du gouffre dans le 4e set.

 

Des Bruntrutains complètement libérés

C’est souvent comme ça en coupe : l’équipe qui peine en demi-finale se libère plus facilement lorsqu’elle entame la finale. Porrentruy a eu l’excellente idée d’entrer parfaitement dans la partie, menant 4-0, 6-1 et 8-2. En totale confiance, les Ajoulots ont lâché leur bras d’attaque et désarçonné la pourtant expérimentée équipe de Nidau B. Il y eut bien des moments de flottement dans le jeu ajoulot, Nidau est revenu à 10-9 et 15-14, mais sans mettre Porrentruy en véritable difficulté. Le gain du 1er set a galvanisé l’outsider jurassien.

Pourtant, gagner un set ne signifie encore rien. Nidau le savait et a chamboulé son alignement, espérant perturber l’organisation ajoulote. C’est surtout sa propre organisation que Nidau a fragilisée. Le score est resté très serré : 6-6, 11-11, 18-18. Porrentruy a cru avoir fait le plus dur en menant 22-19. Nidau est non seulement revenu, mais a pris l’avantage à 22-23. Sans s’affoler, Porrentruy a résisté et s’est offert des balles de set à 24-23, 25-24, 26-25. La 4e balle de set, à 27-26, a été la bonne. Porrentruy menait 2 manches à 0.

Tout en maintenant un niveau de jeu comprenant une part de risque, il s’est alors agi de bien gérer les émotions. Le coach s’est dit que cela passait par le changement de passeur. Il y eut bien une petite période de doute quand Nidau est revenu à 10-9 dans le 3e set, mais le rouleau compresseur ajoulot était en marche. Avec de surcroît de bons services cherchant les points faibles adverses, Porrentruy a déroulé, menant 16-9 et 22-11. De quoi faire participer tous les joueurs à la fête et signer un succès certes espéré, mais qui n’avait jamais été possible dans la saison régulière.

Voilà qui clôt une belle fin de saison des hommes du VBC Porrentruy, invaincus depuis la mi-février et un autre succès de prestige, chez le leader du championnat Entre-2-Lacs. Un déclic. La victoire en finale de la coupe Jura-Seeland est la confirmation des qualités de l’équipe masculine bruntrutaine, privée de ses deux joueurs qui ont une double licence nationale et jouent aussi à Delémont (le règlement interdit les licences nationales en coupe régionale). Même sans eux, le groupe a été performant. Certes fragile en demi-finale, devenu euphorique en finale.

 

 

// Samedi 18 mars 2017 // VBC Porrentruy – VBC NUC, 3-0 (25-20  25-13  25-20, 59 min)

 

VBC Porrentruy : Lucas Randez, Nicolas Munoz, Nicolas Geiser, Benjamin Plumey, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Colin Paratte, Théo Paratte, Corentin Monin, Andy Terrier.

Notes : salle de l’Oiselier, 40 spectateurs. Arbitres : MM. Vincent Brêchet et Stéphane Berbier.

Un succès sans bavure

La hiérarchie du groupe neuchâtelo-jurassico-seelandais de 2e ligue est bien établie dans le haut. Le titre est promis à Entre-2-Lacs, Nidau B sera 2e et l’unique représentant jurassien VBC Porrentruy 3e. La lutte fait par contre rage dans le bas du classement, entre équipes neuchâteloises. Le NUC précède de peu La Chaux-de-Fonds et Colombier. Les Neuchâtelois du NUC n’auront rien grappillé à l’Oiselier qu’ils découvraient. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, pas toujours de manière très académique, en profitant aussi de certaines situations confuses desquelles les Bruntrutaines ont toujours de la difficulté à s’extirper. Mais au final, la supériorité athlétique et dans l’organisation du jeu de Porrentruy a fait la différence. Ouvrant comme chez les dames, une dernière semaine de championnat régulier excitante, avec un déplacement à Nidau samedi, puis la demi-finale de coupe Jura-Seeland dimanche matin contre ce même Nidau A.

Si le score final est net en faveur de Porrentruy, la domination n’aura pas été uniforme et sans accroc. Le score a été serré dans le 1er set jusqu’à 12-11, puis Porrentruy a creusé l’écart, s’appuyant sur sa puissance en attaque. Le 2e set s’est joué entre 6-5 et 12-5 pour Porrentruy, le reste n’étant que confirmation des bonnes intentions ajoulotes.

Le 3e set a ressemblé au 1er : une première partie équilibrée, puis des Ajoulotes qui s’envolent (de 14-13 à 17-13), et une fin de manche correctement gérée.

A retenir que la formation ajoulote, si elle s’appuie sur certains canonniers, constitue désormais un groupe solidaire offrant des solutions dans l’alignement. Les dix joueurs ont évolué et apporté leur contribution. C’est un atout et le gage d’un groupe qui avance serré.

A retenir encore le bon travail défensif d’une équipe qui a souvent pêché par son laxisme en fond de camp. C’est la base sur laquelle il est possible de construire le jeu offensif.

Déterminés, les gars du VBC Porrentruy ont des étoiles dans les yeux en regardant vers l’avenir. Le futur proche, c’est le grand week-end des 25-26 mars, avec la fin d’un championnat où il ne devrait y avoir eu que 4 défaites en 16 matches – et la 3e place du podium en prime, et la coupe régionale avec la perspective d’une 2e finale en deux ans.

 

// Jeudi 23 février 2017 // VBC Entre-2-Lacs – VBC Porrentruy, 1-3 (22-25  22-25  25-21  25-23, 105 min)

 

VBC Porrentruy: Nicolas Muñoz, Lucas Randez (coach), Benjamin Mathez, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Benjamin Plumez, Andy Terrier, Nicolas Geiser, Colin Paratte (capitaine), Théo Paratte, Nicolas Prêtre (coach assistant), Corentin Monin.

Une complète harmonie

De l’harmonie, c'est ainsi que l’on pourrait refléter ce qui s’est passé ce jeudi soir au Landeron. Toute l’équipe H2 du VBC Porrentruy a tiré à la même corde pour faire plier le leader Entre-2-Lacs A, équipe encore invaincue cette saison jusqu’au passage des jeunes Bruntrutains.

C’est pourtant dans une ambiance bon enfant que le VBC Porrentruy s’est préparé avant le toss de l’arbitre. Apres un échauffement un peu brouillon Porrentruy a su trouver la motivation nécessaire afin de rentabiliser le déplacement au Landeron. 

Porrentruy voulait faire juste et bien. Il voulait faire de ce match un événement particulier qui marquerait l’histoire en dents de scie de la « première » du club jurassien cette saison.

Après un bon premier set (22-25) avec seulement 8 erreurs directes, Porrentruy savait qu’il pouvait faire encore mieux durant le deuxième. La consigne était de réussir dans le domaine bloc-défense, car les Neuchâtelois sont grands, attaquent haut et vite. Ce fut chose faite. Les centraux ont fait le job, comme on dit. Le jeu par le centre avait un élément clé lors des deux premiers sets. L’organisation bruntrutaine a fait comprendre que la stratégie « centrale » d’E2L n’était pas efficace. Le jeu s’est déplacé vers les ailes.

En conservant la même qualité dans le domaine block-défense, les  « jeunes » Ajoulots ont aussi réussi à neutraliser les attaques aux ailes. Porrentruy a ainsi su défendre « juste » et reconstruire intelligemment pour souvent mettre le point en contre-attaque.

Durant le troisième set, il a fallu contenir et gérer l’euphorie des jeunes du VBC Porrentruy. On s’attendait à une réaction du leader. Peut-être aussi à des effets de fatigue. Le coach a su temporiser et mettre au repos certains joueurs en amenant du sang frais sur le terrain. Ce qui a fait du bien aux Ajoulots. Malgré la perte du set, 21-25, l’envie de faire une performance se faisait toujours sentir. Porrentruy jouait à 7, avec un banc efficace et uni pour  porter l’équipe à la victoire et faire face au coup dur (Nicolas Geiser se tordait la cheville en milieu de set).

En fin de rencontre, il fallait rester concentré. Les Neuchatelois commençaient à s'agacer suite à quelques décisions arbitrales. Les discussions auraient pu éloigner les Ajoulots du match. Il fallait se focaliser uniquement sur le travail qui restait à produire.

Mais l’équipe jurassienne s'est contenue et est restée dans le match, dans « son » match. Car Porrentruy a fait son match, il a produit un volleyball de qualité, très plaisant à voir. Il a tenu bon, avec un peu de chance (mais la chance se provoque). Le coach s'est concentré sur son passeur Nicolas Muñoz, qui devait prendre les bonnes décisions et faire de bons choix. Il a fait son job. Avec Colin Paratte très en forme à l'aile, bénéficiant de "sang frais" et un taux de réussite impressionnant. Les services de son frère Théo Paratte ont fait du bien. Porrentruy gagne le 4e set 25-23.

Porrentruy a montré qu’il mérite sa place dans le haut du classement de 2e ligue. Tous les joueurs ont été bons et dans tous les secteurs, en particulier dans le domaine block-défense. Ils ont fait preuve de maturité et de courage pour venir à bout du leader. C’est une victoire qui fait du bien au moral et qui restera comme un match-référence.

 

// Samedi 11 février 2017 // VBC Porrentruy – VBC Colombier, 1-3 (26-28  22-25  25-19  23-25, 88 min)

 

VBC Porrentruy : Colin Paratte, Nicolas Munoz, Lucas Randez, Corentin Monin, Nicolas Geiser, Andy Terrier, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Benjamin Plumey, Théo Paratte, Benjamin Matthey.

Notes : Oiselier, 50 spectateurs. Arbitres : M. Stéphane Berbier et Mme Julie Rossé.

Des erreurs aux mauvais moments

C’est une « drôle » de défaite enregistrée par les hommes du VBC Porrentruy face à la jeune équipe de Colombier, auteure d’un bon match. Drôle parce que très frustrante; drôle aussi parce que Porrentruy s’est battu lui-même; drôle enfin parce qu’elle a révélé tout de même le potentiel de l’équipe.

Ce match fut surtout un « mauvais scénario ». Lors des trois sets perdus, Porrentruy a mené, parfois avec une avance confortable. Mais les trois fois, les Bruntrutains n’ont pas su conclure et ont commis bien trop d’erreurs qui pèsent lourd au décompte final.

Porrentruy a fait la course en tête au 1er set. Colombier s’est accroché, mais Porrentruy a mené 22-17, puis 24-22, avant de s’effondrer, pénalisé par son inconstance technique. Colombier était tout heureux de chiper cette première manche 26-28. La confiance de Porrentruy en a pris un coup.

Même scénario au 2e set. Avec volonté, Porrentruy a imprimé son rythme au match, pour mener 8-4, puis 19-16 et 22-19. De nouveau, un blocage et l’incapacité de réussir une construction de jeu propre et efficace. Il est tombé une deuxième fois.

Sans se décourager, en faisant tourner l’effectif, Porrentruy a repris sa marche en avant en menant 9-3 puis 16-12 dans le 3e set. Une petite alerte quand Colombier est revenu à 19-16, mais cette fois, Porrentruy a tenu et remporté la manche. Tournant du match ? Pas vraiment, car Colombier a profité des hésitations bruntrutaines pour prendre les devants dans le 4e set (2-7, 8-14, 11-17). Porrentruy est revenu, profitant de son bloc et d’attaques placées. 16-17, puis 19-20. Porrentruy a même mené 21-20. Il avait les clés pour égaliser, mais il s’est encoublé et a laissé Colombier lui ravir 3 points qu’il avait pourtant les moyens d’engranger.

S’il peut être frustré, Porrentruy sait aussi ce qu’il doit améliorer pour reprendre sa marche en avant : un service plus efficace et moins aléatoire; davantage de rigueur dans l’organisation et les choix d’attaque. Limiter drastiquement les erreurs techniques inutiles. S’il a retrouvé un esprit compétitif, Porrentruy doit conforter sa confiance, utiliser sa rage de vaincre à bon escient et trouver de quoi stabiliser les gestes les plus simples.

Inattendue, cette défaite contre Colombier ne met pas en péril la 3e place au classement. Elle dit qu’il faut produire un effort plus fort et plus constant, qu’il est nécessaire d’ajouter une tranche d’intelligence au jeu pour le rendre plus efficace. Il y a encore un gros mois de mars de compétition à vivre.

 

// Dimanche 5 février 2017 // VBC Nidau B – VBC Porrentruy, 3-1 (28-26  25-23  21-25  25-15)

 

VBC Porrentruy : Colin Paratte, Nicolas Munoz, Lucas Randez, Andy Terrier, Nicolas Geiser, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Loric Friedli, Théo Paratte, Luc Fleury.

Notes : salle du Beunden à Nidau. Arbitres : MM : Claude Devanthéry et Marc Farron.

Si le 1er set avait tourné autrement

Bien sûr, avec des « si »… Motivés, concentrés, manifestant une évidente envie de bien faire, les gars du VBC Porrentruy ont produit une bonne prestation chez le « leader » virtuel de 2e ligue Jura-Seeland, Nidau B (en fait le 2e derrière le leader du groupe neuchâtalo-jurassien Entre-2-Lacs A). Un match engagé, disputé, mais qui ne rapporte rien au classement. Une défaite 3-1 qui, paradoxalement, est encourageante.

Car le bon boulot des H2, notamment en réception de service et au-dessus du filet, n’a pas obtenu de juste salaire. Ainsi, au 1er set, Porrentruy a presque constamment mené (9-10, 13-16, 18-20, puis 22-24). Mais il n’est pas parvenu à conclure, s’inclinant 28-26. C’est là qu’on se dit, « si »…

Une autre issue pour cette manche initiale aurait pu donner une autre tournure à la suite du match. Pas découragé pour autant, Porrentruy est resté dans le match au 2e set. C’est cette fois Nidau qui a fait la course en tête, mais sans parvenir à creuser l’écart. La fin de set a encore été palpitante (19-18, 22-21), Porrentruy a joué son va-tout, mais à « crevé au poteau », 25-23.

Les Ajoulots ont tout de même vu leurs efforts récompensés au 3e set. Dès qu’ils ont pris l’avantage à 10-11, ils ont dominé la partie, même si Nidau est revenu à 20-20. Mais l’équipe ajoulote n’a pas tremblé pour l’emporter 21-25.

Elle n’a par contre pas été en mesure de renverser complètement la situation par la suite. Commettant alors des erreurs, imprécis dans la phase offensive, Porrentruy a vite été distancé. Bien que pris très vite, les temps morts n’ont pas empêché Nidau de s’envoler (14-6) pour finir à 25-15.

Cette défaite n’hypothèque en rien le 3e rang de Porrentruy. Mais elle l’empêche définitivement de revenir au 2e. Au-delà du résultat, il faut surtout retenir la manière. Globalement bonne. Il y a quelques ajustements à apporter : durcir le service, mieux poser le bloc, plus anticiper la défense, stabiliser les phases de construction. Autant d’objectif susceptible d’être atteints, car l’équipe manifeste une belle envie, collectivement et individuellement. C’est à la correction des « détails » qu’on mesurera, lors des prochains matches, la progression d’un groupe qui a encore de grosses échéances en fin de saison : la phase finale de la coupe Jura-Seeland (avec une potentielle finale contre Nidau B, encore) et, peut-être, les barrages de promotion en 1re ligue. Avant cela, il s’agira de franchir un palier samedi prochain 11 février à l’Oiselier, face à Colombier.

 

// Samedi 24 septembre 2016 // VBC Porrentruy – Volleyboys 3-0 (25-19, 25-16, 25-16)

 

Porrentruy : Colin Paratte, Nicolas Geiser, Théo Paratte, Aurélien Theubet, Andy Terrier, Nicolas Munoz, Corentin Monin.

Une victoire pour commencer

Pour son premier match de la saison, Porrentruy accueille le néo-promu de 3ème ligue Volleyboys, une équipe jeune et peu expérimentée à ce niveau. Très appliqués, les Ajoulots ont rapidement pris le large en début de rencontre avec un sec 8-1. La suite fût moins brillante, avec l’accumulation de plusieurs fautes directes et une baisse d’intensité dans le placement et la mobilité. Malgré un retour de l’équipe biennoise qui trouvait de mieux en mieux ses marques, l’équipe locale avait suffisamment d’avance et n’a pas été rejointe.

Une sorte de faux rythme s’est alors installé dans la partie et Porrentruy n’a pas réussi à vraiment enflammer le jeu pour asseoir sa supériorité ; parfois un brin nonchalant, mais avec une supériorité technique suffisante, l’équipe de la coach Anne-Marie a « fait le job » sans jamais réellement trembler, mais sans non plus être complètement sereine.

C’est une bonne entrée en matière qu’ont connue les H2, avec 3 points importants à la clé ; il faudra cependant montrer plus lors des prochains matchs, notamment avec la réception de Nidau B le samedi 15 octobre, deuxième de la saison 2015-16.

 

// Samedi 13 février 2016 // VBC Porrentruy – Volleyboys 3-0 (25-18 25-18 25-13)

 

Porrentruy : Jacques Chevillat, Alan Marquis, Aurélien Theubet, Tobias Maier (VBC Bübendorf, licence pendulaire), Colin Paratte, Nicolas Geiser, Benjamin Plumey, Andy Terrier, Antoine Membrez, Nicolas Munoz

Note : Salle de l’Oiselier, 50 spectateurs.  Arbitres : MM. Mailhot et Brêchet. Porrentruy

La performance

Ce samedi les données de l’équation posée aux H2 étaient simples : arracher des points au leader Volleyboys pour s’offrir une finale pour la deuxième place contre Nidau B le 27 février prochain. Force est de constater qu’elles ont été assimilées encore mieux qu’espéré. Au point de faire du zèle ? Presque.

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que l’équipe fanion masculine du VBC Porrentruy va de progrès en progrès et montre un visage séduisant lors de ses sorties. Elle s’est offerte, ce week-end, excusez du peu, la peau du chef de file biennois sur le score de 3-0 en l’achevant sur un sec 25-13, non sans avoir mené… 14-1. C’est peut-être à ce zèle-là que l’on faisait allusion.

L’objectivité interdira toutefois l’excès de chauvinisme en présentant cette performance comme étant celle du siècle. Il convient de la relativiser quelque peu. Les Seelandais se sont en effet présentés à l’Oiselier sans une partie de leur six de base. Mais tout de même, avec ou sans ses joueurs cadres, Volleyboys reste Volleyboys.

C’est ainsi que Porrentruy ne s’est pas privé de profiter de l’aubaine. A l’aise dans le secteur « réception » -il est vrai beaucoup moins mis sous pression qu’à l’accoutumée face à cet adversaire- il a pu disposer du choix de ses trois attaquants. Et si parfois l’on a pu reprocher aux Bruntrutains de ne pas parvenir à poser le jeu lorsque tout ne tournait pas rond, sa faculté à pouvoir dérouler quand les premières touches sont de qualité n’en demeure pas moins impressionnante. Et ce alors même que son canonier en chef, Corentin Monin, devait déclarer forfait pour cause de… Saint-Valentin. Porrentruy a desormais les moyens de se reposer sur ses autres attaquants, tous capables de mettre la balle au sol, parfois de manière impressionnante à l’image d’un Aurélien Theubet de feu, auteur de quelques « plombs » au centre.

L’apport du Bâlois Tobias Maier, au bénéfice d’une licence pendulaire lui permettant d’effectuer quelques piges avec le club bruntrutain, a été non négligeable. Sur son aile, il a usé tant de frappes décidées que de feintes judicieusement placées.

Nicolas Munoz, faute de pouvoir marquer des points au filet, a lui aussi participé à la fête en réalisant une incroyable série de services qui a définitevement propulsé les aÄjoulots sur orbite, 14-1. Le score parle de lui-même.

Tout ces éléments mis bout à bout ont permis à Porrentruy d’infliger une véritable correction à Volleyboys. A lui de ne pas céder à l’euphorie et de préparer avec tout le sérieux nécessaire sa « finale » du 27 février contre Nidau.

 

// Lundi 01 férvrier// VBC Moutier  - VBC Porrentruy, 3-2 (25-22 25-22 19-25 18-25 15-10)

 

Porrentruy : Jacques Chevillat, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Benjamin Plumey, Corentin Monin, Nicolas Munoz, Colin Paratte, Théo Paratte, Antoine Membrez, Loric Friedli.

Notes : Moutier, 10 spectateurs. Arbitres : MM. Stephane Berbier et Lionel Loeffel (qui ont remarquablement bien géré la blessure de Théo Paratte et l’interruption qu’elle a causé.)

Un match "bizarre"

Après avoir accompli l’exploit d’évincer Volleyboys de la coupe Jura-Seeland, les hommes de deuxième ligue revenaient aux affaires courantes, un peu moins glamour, ce lundi soir face à Moutier. Le mot d’ordre était clair : faire abstraction de l’excellente performance réalisée sept jours auparavant et aborder la rencontre humblement afin d’éviter de glisser sur la peau de banane prévôtoise en perdant des point bêtement. Malheureusement, cette peau de banane, Porrentruy a sauté à pieds joints dessus.

Privé de leur attaquant d’aile Nicolas Geiser, les H2 devaient également faire face à la fatigue de leurs juniors -une large majorité de leur effectif- fortement sollicité durant le week-end. En additionnant double championnat et compétition M23, ils disputaient ainsi leur sixième rencontre en quatre jour. Un programme gargantuesque avec lequel il a néanmoins fallu compter. Corollaire ? Une entame de match totalement galvaudée par des Bruntrutains aux abonnés absents. Commettant erreur sur erreur, ne trouvant pas les solutions, ils ont permis à Moutier de faire la course en tête et de s’adjuger logiquement la première manche. Pire encore, à la place de se faire violence et de demarrer le second set avec de meilleures résolutions, ils laissaient leur adversaire s’échapper dès les premiers points en accusant un retard de six unités après six échanges.

Menés 1-0 et 13-14, la rencontre allait encore prendre une autre dimension, autrement plus dramatique cette fois. Car cette fameuse peau de banane, un ajoulot est allé la voir de particulièrement près. En tentant de sauver une passe un peu trop longue, Théo Paratte est lourdement retombé sur le pied du caisson de l’arbitre. Résultat : une triple fracture du tibia-péronné et une évacuation en ambulance. Encore sous le choc, et amputé des frères Paratte à l’aile –tous deux à l’hôpital- Porrentruy a eu tôt fait de se retrouver mené 2 à 0.

Heureusement, les Jurassiens ont alors déjoué les pronositcs et montré d’étonnantes ressources, peut-être plus que ce que l’on aurait pu imaginer. Emmené par un Loric Friedli, joueur de la deuxième équipe venu prêter main forte pour l’occasion, les H2 sont parvenus à retourner une situation bien compromise. Jouant de manière simple mais avec une hargne remarquable, ils ont fait fi d’un contexte qui leur était pourtant excessivement défavorable. Là où ils auraient pu lâcher prise et mettre fin à une soirée déjà assez cauchemardesque, ils ont retroussé leurs manches pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être. Pablo Brenlla, l’entraîneur de la seconde garniture, saluera sans doute cette performance comme il se doit puisque des six rescapés sur le terrain, 5 faisaient également partie de son équipe.

Le score est ainsi passé de 2-0 à 2 partout, Porrentruy profitant d’une excellente dynamique. Peut-être à court de souffle –et de solutions- il allait cependant céder dans la dernière ligne droite en concédant le tie-break.

On ne sait finalement pas très bien sur quel pied danser avec ce résultat. Porrentruy a-t-il perdu deux points, ou au contraire en a-t-il sauvé un ?

 

// Samedi 30 janvier 2016 // Quart de finale de la Coupe jurassienne // VBC Porrentruy – Volleyboys Bienne, 3-1 (12-25  25-21  26-24  25-17)

 

Porrentruy : Colin Paratte, Andy Terrier (libéro) Jacques Chevillat, Corentin Monin, Nicolas Munoz, Alan Marquis, Aurélien Theubet, Benjamin Plumez, Nicolas Geiser, Théo Paratte, Antoine Membrez. Absent : Vincent Pic (blessure)

Le match de référence !

Face à l’ogre du championnat, invaincu depuis janvier 2014 et qui n’avait égaré qu’un seul point cette saison - lors de son dernier passage à l’Oiselier - les mecs du VBC savaient que ce serait compliqué d’atteindre cette saison le dernier carré de la Coupe Jura-Seeland. Ils savaient aussi qu’en pratiquant un volley dynamique et risqué, l’exploit jamais réalisé n’était pas inatteignable...

On ne va pas se le cacher, à la fin du premier set, peu de monde aurait pu penser que l’exploit allait se produire, tant la différence de niveau entre des Biennois très à leur affaire et de bien pâles Ajoulots était flagrante. Le score parle de lui-même (12-25).

Enfin décidés à montrer de quoi ils sont capables, les H2, métamorphosés, ont très vite pris la deuxième manche en main, profitant un peu des rocades au sein de l’effectif seelandais, mais surtout en se montrant enfin intraitable au filet et en défense. Le bloc réussissait finalement à gêner les puissants attaquants adverses et la hargne de la défense faisait merveille, Porrentruy a très vite pris le large. Profitant des habituelles hésitations de milieu de set de son adversaire, Volleyboys a grignoté petit à petit son retard ; heureusement insuffisant pour passer l‘épaule, Porrentruy n’a pas lâché son os !

Les compteurs à zéro, le 3ème set allait valoir son pesant de cacahuètes. Très équilibré jusqu’en milieu de manche, la suite du match allait jouer avec les pulsions cardiaques des spectateurs présents : Volleyboys a pris quelques points de marge, jusqu’à mener 22-19. Au terme d’un point fou extrêmement disputé, Porrentruy est revenu à un point (23-22), puis a raté son service... (la déontologie journalistique taira le nom du serveur J). Mais, dos au mur, un magnifique combat de 4 points remportés par nos H2 et conclu par un ace d’Alan Marquis a fait exploser une salle de l’Oiselier déjà rendue bouillonnante par la qualité de jeu proposée depuis le premier changement de camp ! Que d’émotions, encore un set et l’exploit était là !

Euphorique, Porrentruy n’a pas relâché l’étreinte et a assommé le début du 4ème set, jusqu’à mener 10-2 ! La tension qui régnait au sein du jeune effectif bruntrutain a été relativement bien gérée et légèrement compensée par un adversaire fragilisé par la perte du set précédent. Agressif jusqu’au bout du match, Porrentruy pouvait fêter sa victoire après un dernier smash gagnant !

Une fantastique victoire d’équipe, qui prouve que Porrentruy peut viser haut pour la fin de la saison !

 

// 4 décembre 2015 // Volleyboys – Porrentruy 3-0 (25-13 25-19 25-23)

 

Porrentruy : Jacques Chevillat, Colin Paratte, Nicolas Geiser, Théo Paratte, Andy Terrier, Corentin Monin, Aurélien Theubet, Benjamin Plumey, Alan Marquis, Antoine Membrez.

Porrentruy laisse Volleyboys s’échapper.

En se déplaçant chez le leader Volleyboys, Porrentruy, fort de son deuxième rang, espérait bien bousculer l’ogre biennois. Ce d’autant plus qu’il avait été le seul à pouvoir lui voler un point lors du premier tour. Les Bruntrutains avaient donc de valables raisons de nourrir quelques espoirs.

Malheureusement pour lui, ce choc au sommet auquel il s’était –peut-être trop- préparé a rapidement tourné au vinaigre sans qu’il ait le temps d’y faire quoi que ce soit. Si Porrentruy n’a pas pu réitérer sa dernière performance face à cet adversaire, c’est également qu’il était autrement attendu. Quelque peu surpris par la progression des Ajoulots lors de leur premier affrontement, Volleyboys avait alors bégayé son jeu. C’est, à l’inverse, des Biennois besogneux et désireux de soigner chaque détail qui ont accueilli les hommes d’Anne-Marie Rérat ce vendredi. Cette dernière pourra dès lors se réjouir de cette jolie marque de respect.

Là où Porrentruy a véritablement péché vendredi, et on ne saurait lui en vouloir, demeure sa hauteur au filet. Il s’est en effet heurté, comme il n’en a malheureusement pas l’habitude dans ce petit championnat, à un bloc qui ne ferait pas du tout pâle figure à l’échelon supérieur. Il a rapidement été incommodé et a peiné à trouver les solutions dans le premier set.

Secteur où il avait été un cran en-dessous en septembre dernier, Volleyboys a su cette fois-ci mettre une grosse pression au service et appuyer fort sur une zone très douleureuse pour les Bruntrutains. Tout au long du match il a bafouillé ses fondamentaux dans ce domaine. Presque constamment privé de ses attaquants de centre, les choses se sont alors logiquement compliquées.

Même s’il faut bien admettre que Porrentruy n’a pas eu sa chance dans les deux premières manches, il faut aussi relever l’excellent niveau auquel Volleyboys a évolué ce soir. On ne serait ainsi pas étonné que ce soit là sa prestation la plus aboutie de la saison.

Les hommes de deuxième ligue pourront toutefois utiliser le dernier set comme point de repère. Ils sont enfin parvenus à pousser Volleyboys dans ses derniers retranchements, notamment grâce à une belle inelligence de jeu et une efficacité au service retrouvée. A l’image d’un Théo Paratte percutant dans ses mises jeu, qui mériteraient peut-être d’être plus utilisées.

Au final, si Porrentruy s’est aussi sèchement incliné, c’est sans doute que la logique du classement devait être respectée.  Douleureuse pour le moral, cette défaite n’a toutefois rien de très dérangeant d’un point de vue comptable. Volleyboys s’est mis sur orbite et s’achemine vers un cavalier seul ; tant mieux pour lui. Une raison de plus pour Porrentruy de se concentrer sur une deuxième place qui, comme le relevait Colin Paratte dans les colonnes de L’Ajoie, n’a plus rien d’utopique.

 

// HM23 – tournoi de qualification aux inters à Nidau

Porrentruy – Colombier : 0-2 (23-25 9-25)

Porrentruy : Nicolas Munoz, Antoine Membrez, Théo Paratte, Andy Terrier, Corentin Monin, Aurélien Theubet, Alan Marquis.

Porrentruy a clairement montré deux visages ce dimanche face à l’une des meilleures filières masculines de l’arc jurassien. Avec un effectif restreint de sept joueurs qui commencent à gentiment à cumuler les matchs et les petits bobos, il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait, serait-on tenté de dire.

On ne peut toutefois s’empêcher d’avoir un arrière-goût amer quant à l’issue finale de cette rencontre. Contre une équipe au bagage technique bien supérieur au sien, les Jurassiens ont été contraints d’observer un temps d’adaptation à l’entame du premier set –on notera ainsi la présence de Jérémie Muller, attaquant de diagonale international M17 et M19 et de nombreux autres éléments de l’équipe de première ligue qui vise la promotion en LNB au terme de la saison. Ils ont notamment dû restreindre les espaces et défendre en étant beaucoup plus avancé dans le terrain, chose à laquel ils ne sont pas habitués dans leur championnat de deuxième ligue.

Les Ajoulots ont toutefois parfaitement tenu le cap en réception, ce qui leur a permis de ne pas trop faciliter la tâche des Neuchâtelois. Menés 13-6 par un Colombier qui croyait peut-être que l’affaire était déjà classée, Porrentruy a eu le mérite de redresser la tête et de revenir à 14-14 grâce à une excellente série de services de Théo Paratte. Les Bruntrutains ont alors commencé de croire en leur chance et exploiter l’arrogance de leur adversaire. Les excellentes feintes de Corentin Monin ont ainsi obligé le libéro d’en face à dépoussiérer le sol d’en face à plusieurs reprises. Le concierge du Beunden s’en réjouira.

Arrivé à 22-22, Luiz Souza, entraîneur Brésilien professionnel, décida que la plaisanterie avait assez durée et recommandait chaudement à son passeur d’utiliser l’international dont il disposait afin de passer l’épaule. Ce qu’il fit avec brio.

Le deuxième set s’aéverait en revanche beaucoup moins bon. Colombier s’est appuyé sur ses acquis pour faire la différence alors que Porrentruy craquait totalement. Trop rapide, trop haut, trop fort. Il n’y eut cette fois-ci rien à faire. Résultat sans appel : 25-9.

Porrentruy peut cependant être fier d’avoir tenu la dragée haute, un set durant, à une équipe dont l’écrasante majorité évolue normalement une ligue ou deux en-dessus. De belles promesses pour janvier.

Porrentruy – Nidau : 0-2 (18-25 21-25)

Le duel pour la suprématie de la région Jura-Seeland a quant à lui peut-être été celui de trop pour Porrentruy. Là encore opposés à plusieurs éléments évoluant à l’échelon supérieur, les jeunes loups bruntrutains ont manqué un peu de tout, mais surtout d’énergie. Cela est d’autant plus frustrant que Nidau ne paraissait pas du tout inabordable au vu de ce que les Jurassiens ont déjà montré.

Auteur d’un mauvais début de match, la troupe de l’entraîneur Pablo Brenlla n’a pas bénéficié du petit coup de pouce qui lui aurait sans doute permis de faire abstraction de la fatigue tant mentale que physique qui l’assaillait. L’entierté des sept joueurs à disposition disputait en effet son quatrième match du week-end.

Les banlieusards biennois allair ravir le match grâce au peu de déchets accordés. C’est ce qui fit la différence face à un Porrentruy bien démobilisé.

Un match à oublier les Ajoulots. Mieux vaudra se concentrer sur leur nouvel objectif, le premier tour des inters le 17 janvier 2016 –à l’Oiselier ? Ce collectif a montré qu’il disposait des ressources nécessaires pour réaliser de grandes choses. A eux de s’appliquer à concrétiser cela et de signer un exploît retentissant !

 

// 7 novembre 2015 // Nidau A – Porrentruy 1-3 (20-25 25-22 23-25 19-25)

 

VBC Porrentruy : Nicolas Munoz, Andy Terrier, Aurélien Theubet, Vincent Pic, Benjamin Plumey, Nicolas Geiser (capitaine),  Antoine Membrez (libéro), Théo Paratte, Alan Marquis, Corentin Monin. Entraîneur : Anne-Marie Rérat.

En confiance

L’équipe masculine de deuxième ligue du VBC Porrentruy a encore posé un orteil supplémentaire dans le bon wagon ce week-end. Après avoir empoché la totalité de l’enjeu face à Moutier (0-3) en ouverture de championnat, les Ajoulots ont en effet réalisé un excellent résultat comptable en prenant le meilleur sur Nidau A, qui régate habituellement dans la même partie de classement qu’eux. Au-delà de ces trois unités récoltées, c’est surtout un match plutôt plein (en ce sens on regrettera le deuxième set) qui doit être mis au crédit des Bruntrutains.

L’affaire n’avait pourtant rien d’évident au premier abord. Plusieurs éléments adverses avaient en effet participé à la victoire de Nidau en 1ère ligue quelques instants auparavant. Porrentruy a néanmoins eu le mérite et la force de caractère de ne pas se laisser impressionner à l’échauffement. Mieux encore, il prenait un excellent départ dans le premier set en menant rapidement 3-8. Bien conscients d’avoir acquis cette avance presque uniquement grâce aux erreurs locales,  les Ajoulots serraient le jeu à merveille et conservaient leur avance, non sans s’être fait quelques frayeurs tout de même.

Retour de manivelle d’une équipe un peu contrariée ensuite. Après avoir offert le set à leurs adversaires, les banlieusards biennois allaient bénéficier de la même offrande. Peut-être un peu trop soulagé d’avoir remporté la première manche, Porrentruy a manqué un nombre incalculable de services, se sabordant lui-même. Rageant, tant il a paru faire jeu égal avec son opposant.

Cette manche perdue aura au final été l’une des seules alertes pour les Bruntrutains. Le troisième acte, bien qu’âprement disputé, n’a jamais semblé pouvoir leur échapper.  Souveraine au bloc, solidaire en défense, l’équipe fanion masculine a également et surtout fait la différence grâce à son état d’esprit. A l’image de trois sauvetages in extremis du jeune passeur Nicolas Munoz, chacun a mis la main à la pâte.

Comme on l’a déjà vu depuis le début de la saison, Porrentruy n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il est en confiance. L’on a encore pu le constater dans le dernier set. Andy Terrier a en outre été le principal bourreau des Biennois. Le puissant ailier, sur un nuage dans cette rencontre, a vécu une fin de soirée faste. Il fut dans un état de grâce tel qu’il aurait encore sans doute marqué le point en smashant depuis le coffre de sa voiture. Tant mieux pour lui et ses coéquipiers !

 

// 30 octobre 2015 // BMV92 – Porrentruy 1-3 (16-25 24-26 25-20 23-25)

 

Porrentruy : Nicolas Munoz, Théo Paratte, Nicolas Geiser, Aurélien Theubet, Gaëtan Mamezak, Corentin Monin, Vincent Pic, Jacques Chevillat, Antoine Membrez.

Porrentruy a sué ce week-end chez la lanterne rouge BMV92. Il a dû s’employer et faire montre de caractère pour décrocher une victoire largement à sa portée, sur le papier tout du moins. Les Bruntrutains sont ainsi passés à un cheveux d’offrir leur premier point aux Jurassiens Bernois.

Malgré une salle toujours difficile à apprivoiser en raison de dimensions favorisant une intime promiscuité entre la balle et le plafond, les Ajoulots ont parfaitement entamé la rencontre. A l’inverse d’un adversaire excessivement maladroit toute la première manche durant, ils limitaient les fautes directes et prenaient fort logiquement et rapidement le large. Porrentruy s’est donc adjugé ce set sans même devoir batailler. On imaginait à ce moment-là volontiers une victoire nette et sans bavure. Nicolas Munoz, titularisé à la passe, a pour sa part totalement justifié la confiance que lui a accordé son entraîneur.

Il allait cependant vivre un deuxième set autrement plus disputé. Non pas que sa prestation soit descendue d’un ton, mais bien parce que les locaux ont eu l’excellente idée de réduire les fautes commises. Inversément, Porrentruy se montrait moins précis au filet et nettement plus brouillon en réception. Sentant le vent tourner dans les instants décisif, Anne-Marie Rérat préférait jouer la carte de la sécurité en remplaçant son jeune passeur, par ailleurs auteur d’une excellente prestation, par le chevronné Jacques Chevillat. Pari gagné puisqu’il permettait à ses coéquipiers de passer l’épaule in extremis (26-24) pour mener deux manches à rien.

Porrentruy s’est ensuite peut-être trop relâché et a négocié le troisième set sur un faux rythme. Mais, et c’est important de le relever, BMV92 s’est également mis à évoluer à un niveau beaucoup plus relevé que son indigne dernière place. Avec notamment comme fer de lance un central d’expérience capable d’éviter le bloc, pourtant pas si ridicule que cela, érigé par Gaëtan Mamezak. Un peu endormis en défense, les Ajoulots ne parvenaient plus à trouver les solutions en attaque non plus en commettant un nombre incalculable d’erreurs. Avec un tel déchet dans leur jeu, ils ne pouvaient décemment pas prétendre à quoi que ce soit.

Dans un quatrième set de tous les dangers, on a cru que Porrentruy de classerait l’affaire sans discussion. Il a d’ailleurs rapidement mené 6-2 grâce à une belle série de services de Jacques Chevillat. Mais force était toutefois de constater que le jeu bruntrutain boitillait, ne lui permettant pas de se mettre définitivement à l’abri. En grande partie par leur faute, ils durent cravacher jusqu’au bout pour obtenir les trois points qu’ils étaient venus chercher. Non sans se faire de réelles frayeurs.

Même si la manière n’y était pas forcément, Porrentruy a donc fait le job, comme on dit. 

 

// 3 octobre 2015 // VBC Porrentruy - Volleyboys, 2-3 (18-25 25-22 21-25 25-18 12-15)

 

Porrentruy : Jacques Chevillat, Colin Paratte (capitaine), Vincent Pic, Andy Terrier, Théo Paratte, Nicolas Geiser, Corentin Monin, Aurélien Theubet, Alan Marquis, Benjamin Plumey, Antoine Membrez, Nicolas Munoz.

On l’avait déjà constaté lundi dernier face à Moutier (victoire 3-0) et on en a eu la confirmation ce week-end : cette équipe de Porrentruy n’a plus grand chose à voir avec celle de la saison dernière. Plus conquérante, plus sûre de ses moyens, elle est parvenue samedi à faire jeu égal avec Volleyboys, le tenant du titre et surtout le principal favori à sa propre succession. Même si cette excellente partition livrée par les Bruntrutains n’a débouché « que » sur une unité récoltée, elle leur a permis de prendre conscience qu’ils avaient les capacités de venir à bout de n’importe quelle équipe en évoluant à leur meilleur niveau. Ce samedi 3 octobre, Anne-Marie Rérat et ses ouailles pourront le garder en mémoire et s’en servir comme match référence. C’est à coup sûr sur ce genre de performance que l’on bâtit une saison.

Rapidement menés d’un écart de six points dans la première manche -distance qu’ils ne parviendront ensuite plus à combler- les Ajoulots ont senti toutefois que le coup était jouable, à condition seulement de limiter les déchets techniques. C’est forts de ce constat et de cette certitude que ces derniers entamaient le second set, et tout le reste de la rencontre d’ailleurs. Malheureusement pour eux, encore une fois le départ était mauvais et les visiteurs prenaient leur aises. Cependant l’impression ressentie quelques instants plus tôt allait se vérifier : Porrentruy avait bien les moyens de bousculer son adversaire. C’est ainsi qu’il revenait à sa hauteur avant de le coiffer au poteau dans le « money time ». Un set partout ; l’équité remarquée au niveau du jeu était enfin traduite au tableau d’affichage.

Ce n’est toutefois pas un hasard si les Bruntrutains ont pu se permettre de tutoyer le champion en titre. Pour faire face à une puissance de frappe telle que celle dont disposent les Biennois, il fallait un bloc à la hauteur, et ce dans tous les sens du terme. Et il l’a été. Dans sa position de centre, Aurélien Theubet a permis de contrôler et de ralentir l’offensive adverse, quelques fois bien empruntée pour contourner les bras à rallonge de celui-ci. Auteur d’une partie que l’on qualifiera de pleine, il a même fait le spectacle en frappant quelques « plombs ».

Il n’est toutefois pas le seul responsable de la bonne performance du collectif ajoulot. Loin s’en faut. En abordant un peu plus sérieusement que l’année dernière sa saison, comprenez par là en se déplaçant à douze joueurs au match, les pensionnaires de l’Oiselier donnent pléthore de choix à leur entraîneur. Elément plus qu’essentiel.

Quelque chose a décidément changé dans les têtes bruntrutaines, et l’on se réjouit de voir à quoi cela va les mener !

 

// 28 septembre 2015 // VBC Moutier – VBC Porrentruy, 0-3 (17-25 21-25 23-25)

 

Porrentruy : Colin Paratte (capitaine), Nicolas Geiser, Nicolas, Munoz, Aurélien Theubet, Jacques Chevillat, Nicolas Prêtre, Andy Terrier, Corentin Monin, Alan Marquis, Théo Paratte, Benjamin Plumey, Antoine Membrez.

Arbitres : MM. Stéphane Berbier et Lionel Loeffel.

Voilà une victoire qui fera du bien aux esprits bruntrutains.

Se déplacer à Moutier, un lundi soir qui plus est, demeure pour eux une entreprise délicate. Et ce en dépit de l’étiquette d’équipe prédisposée à la deuxième moitié de classement qui semble coller à la peau des Prévôtois. C’est même un périple redouté s’il en est côté ajoulot, tant Moutier peut être considéré comme sa bête noire. Trop rares en effet ont été les fois où Porrentruy a fait le plein de points à la halle polysport. A vrai dire, on ne savait pas grand chose du niveau de cette équipe de Porrentruy avant le début de la rencontre. La regrettable annulation de dernière minute du Trophée Jurassien masculin a contraint les joueurs d’Anne-Marie Rérat à entamer leur championnat dans un flou que l’on qualifiera d’épais, sans avoir disputé la moindre rencontre de préparation. Pas de quoi rassurer un collectif appréhendant toujours ses voyages dans la cité Prévôtoise.

Force est heureusement de constater que les Bruntrutains semblent avoir effacé ces mauvais souvenirs et entamé ce championnat en reléguant ce vieux complexe au placard. Là où par le passé ils péchaient par déconcentration et l’accumulation d’imprécisions et de fautes, ils ont été remarquablement appliqués en réception et en attaque, ne commettant que rarement la faute, à défaut d’être impressionnants de puissance. Résultat ? Une avance  rapidement menée à 4-1, puis à 9-3. Sûrs d’eux, ils n’allaient ensuite plus lâcher leur os. Porrentruy peut cependant également remercier son hôte pour lui avoir grandement facilité la tâche. Dans les moments où les « H2 » commençaient à sentir le souffle d’Hans Bexkens et de ses coéquipiers dans leur nuque, ces derniers se sabordaient aussitôt en commettant des erreurs aussi grossières qu’incompréhensibles. On pense notamment à un nombre incalculable d’attaques dans le filet.

Le premier set dans sa poche, Porrentruy allait pouvoir dérouler. Bien qu’entré pour les derniers points de la première manche, Nicolas Geiser allait cette fois-ci pouvoir enfin signer de façon tonitruante son grand retour au sein du VBC Porrentruy. Mené 3-1 au moment de s’élancer une première fois pour servir, il enchaînait les mises en jeu jusqu’à inverser la tendance et emmener son équipe à un score confortable de 9 à 3. Propres comme ils l’ont été, il n’en fallait pas plus aux Ajoulots pour leur permettre de prendre le contrôle de la seconde manche. Face à un bloc d’une hauteur autant respectable que gênante, ces derniers ont dû trouver d’autres alternatives que la puissance pour engranger des points. Plusieurs fois en effet ils ont vu la balle leur retomber sèchement sur les chaussures lorsqu’ils ont tenté le passage en force. Un peu statique en défense et au soutien –assurément l’élément qu’il faudra « bûcher » à l’entraînement- la phalange d’Anne-Marie Rérat a laissé son adversaire revenir à sa hauteur à 21-21. Les vieux démons allaient-ils ressurgir ? Pas du tout ! Porrentruy concluait solidement 25-21.

Sûre de son fait, rien ne semblait pouvoir arriver à l’équipe ajoulote. Mais elle allait tout de même devoir cravacher encore un peu avant de s’adjuger, avec un solide mental, la dernière manche 25-23.